#6 Chronologie d’un roman

_DSF6253[1]

 

Encore une fois, mon article n’a pas la prétention d’offrir une leçon de bonnes pratiques pour écrivain débutant, puisque je suis et me considérerai toujours moi même comme un débutant sans cesse en progression. J’expose simplement un peu de ma vie de romancier et à travers ces tranches de vie, un peu d’expériences personnelles accumulées sans doute sur quelques belles bourdes.

J’ai déjà écris trois romans. L’un est déjà édité : ORVIDE (https://www.amazon.fr/Orvide-Michel-Lecocq/dp/2378778945). Le deuxième est en phase de correction : LES MERVEILLES DE JULIETTE. Le troisième va être repris complètement au cours de l’année 2020 : BLACK HAÏKU (titre provisoire) pour une sortie prévue en toute fin d’année. A chaque fois, je m’aperçois que j’évolue lentement dans le processus de création et dans les différentes phases qui très naturellement s’imposent à moi au fur et à mesure que le temps passe :

Il y a d’abord la période de réflexion. Elle est importante car c’est dans ce laps de temps plus ou moins long que le roman se construit lentement et j’espère surement par rapport à ce que l’on connait du domaine que l’on veut aborder, de notre expérience propre et de nos connaissances. Un exemple simple, si je souhaite installer mon intrigue dans les locaux ultra sécurisés de la base de Baïkonour, j’ai de force chance à mon niveau de rencontrer de très nombreuses difficultés. A l’inverse, si je pense que cette même intrigue pourrait avoir sa place dans le monde de la plongée de loisir, je me facilite un peu le travail car je connais plutôt assez bien ce milieu (j’ai été moniteur de plongée) et celui-ci reste, dans sa logistique, abordable pour un varois. Ce sont peut-être des évidences, mais il faut garder les pieds sur terre et rester modeste non pas dans le déroulé de l’intrigue mais dans l’univers dans lequel celle-ci va prendre ses aises. Cette période de cogitation dure environ 2 à 4 mois et libère une quantité astronomique de notes qu’il faut ensuite classer et reprendre.

ORVIDE : 4 mois

Les Merveilles de Juliette :  4 mois

Il y a ensuite la période de rédaction. C’est curieusement la période la plus facile. Mis à part le début, si votre histoire tient à peu près la route (il existe toujours quelques modifications en milieu de parcours), c’est du pur bonheur. Il s’agit malgré tout d’une phase plutôt longue qui dépendra de nombreux facteurs, en particulier du style littéraire, du contenu de votre roman et des ajustements. On ignore, au départ, combien de pages vont occuper nos divagations. C’est uniquement après un certain nombre de paragraphes qu’on peut seulement se douter de la longueur, de l’épaisseur et de l’étendu du travail qu’il nous reste encore à produire pour finaliser le projet. Pour un roman d’environ 400 pages, cette période peut prendre entre 8 à 10 mois en comptant environ 1h30 à 2h de boulot par jour.

ORVIDE : 11 mois (424 pages)

Les Merveilles de Juliette : 6 mois (environ 420 pages)

Après vient la période de correction. Le cœur du problème. Sans une bonne correction, vous allez un peu dans le mur. Cette période fera d’ailleurs l’objet d’un article à part tant son importance est primordiale à la bonne construction finale du roman. Il ne s’agit pas que des fautes que vous ne pourrez de toute façon jamais définitivement supprimer, il s’agit surtout et aussi d’enrichir votre texte par des mots plus rares et des constructions plus intéressantes musicalement. Simplement, il s’agit donc de le rendre plus littéraire, de supprimer les répétitions, d’éliminer les formes maladroites. Bref, c’est à ce niveau que votre roman prend sa forme finale. Cette correction est constituée de nombreuses relectures, une dizaine, avant la lecture finale, c’est à dire la validation personnelle de votre travail. Je suis en ce moment dans cette phase. J’ai commencé le 5 septembre et espère terminé avant le 1er décembre en y passant environ 2 à 3 heures de mon temps. Vous pouvez donc compter 3 mois intense.

ORVIDE : 4 mois

Les Merveilles de Juliette : 3 mois (estimation)

Enfin arrive la période de dispersion. Votre roman est correctement mis en page tel que les maisons d’éditions le recommandent. Il est prêt à partir. Il vous faut simplement chercher les bonnes adresses, celles qui acceptent le genre littéraire que vous avez produit. Certaines maisons d’éditions ne rechignent pas à recevoir les tapuscrits PDF ou Texte, d’autre ne veulent que du vrai, du lourd, du réel ! A vous de faire le bon choix et d’attendre entre 3 et 6 mois pour les plus rapides. En définitive, entre la conception de l’histoire dans la tête et l’édition, il vous faut prévoir 16 à 23 mois. Dans le cas de mon roman en cours de correction : « Les merveilles de Juliette » et en sachant que j’ai commencé à imaginer le concept, le 1er novembre 2018, j’espère qu’il verra le jour en mai 2020. Faites le compte : 18 mois !

ORVIDE : 8 mois

A bientôt

Michel


 

Téléphone : 06 06 42 13 48 (n’hésitez surtout pas à laisser un message !)

Courriel : contact@imago-michel.com

Page FB : https://facebook.com/MichelLecocqRomancier

Site internet artistique : www.imago-michel.com

Adresse : 113 rue Jeanne d’Arc, 83660 Carnoules

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s