#7 : 1, 2, 3… correction !

L’article numéro six, comme son titre l’indique, va vous décrire avec précision ma démarche concernant les modifications orthographiques de mon manuscrit, celui en cours : « Les Merveilles de Juliette ». Cet angle d’attaque a un peu évolué depuis les précédentes corrections en devenant un peu plus rigoureux dans échelonnement des étapes avec pour but ultime de ne trouver en finalement que très peu de fautes, voire pas du tout : un vœux pieux.  Cette stratégie se découpe en quatre étapes :

1 – J’imprime mon manuscrit afin de le lire comme un roman et de le corriger consciencieusement et méthodiquement à l’ancienne avec un stylo rouge. Ces traitements peuvent aussi bien concerner les fautes que les erreurs syntaxiques, les maladresses de langages, les oublis importants pour la bonne compréhension du texte. J’apporte rigoureusement les modifications réalisées sur la version .doc . (Durée : 20 jours pour un roman de 400 pages)

2 – Je dissèque ensuite chaque chapitre du roman en passant celui-ci au lamineur du logiciel « Antidote » avec le secret espoir d’avoir bien avancé le travail lors de l’étape 1. Les fautes oubliées sont évidemment corrigées mais pas seulement ! Je m’attaque aux ruptures, ces fameuses parties de phrases ambiguës qui cachent souvent des fautes parfois difficilement repérables autrement. Je fais également la chasse aux doublons. (Durée : 30 jours pour un roman de 400 pages)

3 – Je reprends une dernière fois l’intégralité de mon texte en utilisant le même outil (antidote). Le but est cette fois-ci de faire un peu le tour du propriétaire et d’éliminer les erreurs cachées : souvent des éléments que je n’ai pas voulu forcément reprendre au départ mais qu’il serait maintenant bon d’aborder avec un peu plus de volonté. Il s’agit normalement d’une étape relativement rapide. (Durée : 5 jours pour un roman de 400 pages)

4 – J’imprime enfin de nouveau mon manuscrit pour une lecture identique à l’étape 1 sauf que maintenant, les corrections sont presque finalisées. Seules subsistent éventuellement les corrections abusives générées bêtement par le logiciel dans les étapes 2 et 3 et quelques petites formes qui résonnent mal à mes oreilles. Je reporte ces ultimes corrections sur mon document .doc et réalise la mise en page telle que préconisée par les maisons d’éditions. Au bout de 2 mois, mon  manuscrit est prêt à partir ! (Durée : 5 jours pour un roman de 400 pages)

En espérant que cet article sera utile

Michel


Téléphone : 06 06 42 13 48 (n’hésitez surtout pas à laisser un message !)

Courriel : contact@imago-michel.com

Page FB : https://facebook.com/MichelLecocqRomancier

Site internet artistique : www.imago-michel.com

Adresse : 113 rue Jeanne d’Arc, 83660 Carnoules

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s