#8 Un peu de précision !

Exemple de couverture « Les merveilles de Juliette » – 2020

 

« Les merveilles de Juliette » est … toujours en cours de correction. Oui, je sais ! c’est long, mais c’est indispensable. L’orthographe, la syntaxe, les ruptures, les doublons … Tous ces paramètres et d’autres doivent être contrôlés, mais un autre domaine également doit faire l’objet d’une certaine attention. Il s’agit des détails (ou pas, parfois, il ne s’agit pas vraiment de détails, mais de paramètres plus importantes) qui au fur et à mesure que se déroule l’histoire peuvent s’égarer. C’est ainsi qu’une personne unijambiste en début de roman, peut subitement se mettre à courir. J’exagère le trait, mais ce n’est simplement pas possible. La relecture d’un roman permet donc également de faire la chasse aux invraisemblances car certains lecteurs, de la même façon qu’il peuvent traquer les anachronismes dans un film, sont également si bien concentrés sur leurs lectures qu’ils arrivent aisément à mettre à plat un scénario simplement à partir d’une anecdote qui part en vadrouille. Je me suis aperçu que ces défauts viennent essentiellement du fait que l’on veut adapter nos personnages à l’histoire alors que ça devrait être l’inverse. l’histoire n’est pas forcément la maitresse des lieux, mais c’est elle qui décide ce qui arrivera à l’un ou à l’autre et non pas le contraire. Les acteurs de l’histoire ne peuvent qu’infléchir le cours de l’histoire, mais contrairement à la vraie vie, en général, l’auteur connait la fin de son roman ou à peu près. C’est la façon d’arriver à cette fin qui détermine ce que seront ou pas les individus qui animeront la fiction et ce qui leur arrivera au fil des pages. On ne peut pas tergiverser avec cette donnée car elle participe à la profondeur de l’histoire. Elle en est la substantifique moelle car elle en porte les sentiments, les passions, les contrariétés, les horreurs… En revanche, certains auteurs n’hésitent pas à modifier parfois très légèrement, d’autre fois, complétement les lieux ou se déroulent le roman. Par exemple, certains dans le décor réel, crée une ville qui n’existe pas mais qui répond aux exigences de l’histoire. Ce n’est pas mon cas. J’ai tendance à faire avec l’existant, mais j’avoue que parfois l’existant à ses limites et que certaines courbes, certaines dénivelées par exemple sont parfois un peu plus ou un peu moins importantes que dans la réalité. Je ne m’autorise que ces quelques adaptations afin que la trame de mon histoire puisse se poursuivre avec limpidité puisqu’en j’en connais globalement les grandes lignes. Le tout, en fin de compte, est de prévenir le lecteur à la fin du roman.

Bonne lecture

Michel

 


 

Téléphone : 06 06 42 13 48 (laissez un message !)

Courriel : contact@imago-michel.com

ou : imagomichel@free.fr

Page FB : https://facebook.com/MichelLecocqRomancier

Site internet artistique : www.imago-michel.com

Adresse : 113 rue Jeanne d’Arc, 83660 Carnoules

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s