#14 Une case à cocher

Cet article est une réflexion qui m’est venue à l’esprit à la suite d’un courrier d’un Bêta lecteur concernant mon manuscrit « Les Merveilles de Juliette ». Cette personne que je ne connais que très peu et qui probablement se reconnaitra, malgré la bonne impression laissée par la lecture du roman dans son intégralité, me faisait finalement la remarque qu’il n’avait pas forcément trouvé dans mon écrit les ingrédients qui se rapportent au Polar et au thriller dans les sens stricts du terme. Je tenais donc à revenir sur ces mots et à expliquer la vague appropriation que j’en fais.

https://lecocqmichel.com/les-merveilles-de-juliette/

Un polar est un roman centré sur l’élucidation d’un crime et qui suit le déroulement d’une enquête menée par un policier ou un détective privé. Dans le cas qui nous occupe, mon manuscrit « Les Merveilles de Juliette » est bien un Polar, c’est-à-dire que l’histoire relate bien l’enquête d’un détective privé. Mais finalement, cela s’arrête là. Dans le contenu de mes bouquins, il faut le reconnaitre, l’enquête n’a que peu de valeur technique malgré le fait que j’essaye quand même de ne pas dire trop de conneries. D’ailleurs, je me dédouane volontiers de cet aspect technique en faisant appel à un détective privé tout au long de mes romans et en insistant sur le fait que celui-ci n’a pas de grands moyens, seulement sa jugeote. L’enquête certes essentielle demeure finalement pour moi l’occasion de définir des comportements et de révéler des pans de vie dans lesquelles les évènements peuvent être à l’origine de tout. Mes fictions, que ce soit « Orvide » ou bien « Les merveilles de Juliette », essayent d’être bien modestement à partir de ce constat-là, des espèces d’études sociales qui mettent en avant les âmes torturées. Elles ne sont donc pas avares de descriptions quand celle-ci servent l’objectif et répondent à la question importante : « Mais comment diable en est-on arrivée là ? »

Un thriller (de to thrill : faire tressaillir) est un roman (policier ou d’épouvante) à suspense qui procure des sensations fortes. Pour être franc, je ne pense pas, bien qu’il m’arrive de décrire des scènes d’une rare violence, que mes livres font tressaillir et effectivement, les « merveilles de Juliette » n’a rien d’un thriller. En effet, l’horreur qu’il m’arrive d’aborder et de projeter à la face du lecteur est presque par rapport à ce que j’ai expliqué plus haut, une espèce de finalité en soi. Elle représente un résultat logique auquel il faut s’attendre quoiqu’il arrive parce que tous les éléments en amont n’ont fait que conduire à cette inéluctabilité. Donc, je ne surprends personne. Seule l’expression de cette horreur peut-être une surprise. Mais au-delà de cela, ce qui m’intéresse, c’est la façon dont mes personnages vont percevoir cet évènement et de quelle manière ils vont y répondre à leur niveau en fonction de leur histoire, de leur vécu et de leur état d’esprit du moment. C’est pour cette raison que je me suis attaché à définir mes écrits comme des romans psychologiques à caractère noir en conservant en toile de fond, cette idée toute bête, mais tellement vraie que l’homme ne s’intéresse, la plupart du temps, qu’au malheur. Si j’avais donc une case à cocher, c’est celle ci-dessus en gras dans le texte que je bifferais volontiers si elle existait.

À très vite

Michel

 


 

Téléphone : 06 06 42 13 48 (laissez un message !)

Courriel : contact@imago-michel.com

ou : imagomichel@free.fr

Page FB : https://facebook.com/MichelLecocqRomancier

Site internet artistique : www.imago-michel.com

Adresse : 113 rue Jeanne d’Arc, 83660 Carnoules

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s